CRÉER LES « MOTS-PAYSAGES » DE VOTRE MAISON

L’âme de chaque « Maison » se reflète notamment à travers sa sémantique. Les mots doivent en effet y trouver leur logis avec cohérence et fidélité. Dans cette perspective, ne devraient-ils pas à la fois mettre en lumière sa part visible mais aussi suggérer avec subtilité ses facettes invisibles constituées de ses dimensions mémorielles, émotionnelles et relationnelles ? Cela peut sembler a priori évident, mais la lecture du livre du philosophe François Jullien « Vivre de paysage » m’a beaucoup inspirée et permet, me semble t-il, d’aller plus loin.

Les mots de votre « Maison »

En raison de ses origines, de son histoire patrimoniale et de son identité, chaque Maison construit son alphabet fondateur. Son vocabulaire s’étoffe de ses créations d’exception. Tandis que sa grammaire pose les codes intangibles et inaliénables qui font sa spécificité. De cet ensemble, émane un récit articulé autour des notions d’héritage, famille, terroir, transmission, valeurs, savoir-faire, artisanat, culture…

Mais pourquoi ne pas approfondir cette terminologie pour qu’elle habite plus pleinement votre « Maison » en créant ses « mots-paysages » ?

Les « mots-paysages » sont comme une 3D

Petite digression rapide sur la perception du « paysage » en Occident et en Asie (la Chine). L’Occident y voit un périmètre balisé, en délimitant un espace donné selon une approche rationnelle avec une différenciation du sujet qui regarde et de son objet (le paysage). Cette définition donne naissance à une sémantique factuelle, objective et rigoureuse. Or, peut-on juste se contenter de décrire un paysage ? Quelle est notre relation avec le paysage ? Le paysage ne peut-il pas convoquer autre chose?

C’est là que la pensée chinoise ouvre une voie ressourçante, selon François Jullien : le mot « paysage » ne se traduit pas par un seul signe, mais par des couples d’idéogrammes opposés : « montagne-eau »/« bas-haut ». Interviennent des notions cachées telles que la mobilité/l’immobilité, le vertical/l’horizontal. Et sont aussi convoqués d’autres sens. Autrement dit, le champ sémantique s’élargit, fait foisonner des polarités complémentaires indissociables, en tension et en mouvement permanent.

Par analogie, le « mot-paysage » ne serait-il pas alors comme une « 3D qui déploie toutes les facettes visibles et invisibles » qui pourrait s’appliquer à votre Maison ?

Le « mot-paysage » est rencontre

Le « mot-paysage » initie de nouvelles connexions. À travers un mot, une expression, je ne suis plus client, spectateur ou simple lecteur, mais partie prenante immergée dans l’intimité de son espace. La frontière entre « dedans et dehors » disparaît : je regarde, je perçois, je ressens une émotion, je me rends disponible à autre chose qu’à moi-même et qui me dépasse, j’accueille un instant l’esprit du « mot-paysage ».

Comme le sillage d’un parfum, le « mot-paysage » se respire et nous met en vie. Le « mot-paysage »ne peut se réduire au sensible (la vue), ni à un concept, mais il est rencontre, ouverture, expérience à vivre. Le mot-paysage implique l’âme de chaque Maison et la transforme.

Les « mots-paysages » nourrissent l’âme de votre Maison

Les « Mots-paysages » sont comme des cellules vivantes, animées par un souffle et rythmées par la beauté, une musicalité, des saveurs, des parfums et toutes sortes de correspondances symboliques et métaphoriques, en symbiose avec votre Maison. Incarnés et en prise avec les sens du corps, ils deviennent présence, douceur, frisson, secret, mystère… Ils font voyager à fleur de peau et racontent autrement les savoir-faire des plus belles signatures…

Il faut donc choisir les mots avec soin, déployer leur présence, leur donner un visage, coudre leur cohérence singulière afin qu’ils se lovent avec connivence dans chaque demeure. C’est ainsi qu’ils ouvrent la porte et font déambuler dans votre univers unique. Ils font vibrer la romance de votre Maison qui peut « habiter encore plus poétiquement » le monde.

La pensée du paysage en Chine, tel que mis en lumière par François Jullien, peut enrichir la sémantique de la communication narrative et ainsi faire rayonner la sève de votre Maison en donnant envie au public d’ouvrir son livre d’histoires !

 

Texte rédigé par Anne-Sophie Tournier, et inspiré du livre : « Vivre de paysage, entre les montagnes et les eaux » de François Jullien, édition Gallimard, Folio

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Envoyez-nous un message